Inter Forêt - Bois 42 : Prix d'architecture 2012-2013

ACCUEIL | CONTACTER IFB 42 | LIENS
inter foret bois 42

Tout oublié ?
Filière bois Loire - 42

ecoboisplusVous êtes ici > Accueil > Nos actions > Prix d'architecture 2012-2013

Prix d'architecture

Retour à la présentationPrix 2012-13 

 SUJET : UNE TOUR EN BOIS DE GRANDE HAUTEUR

sur le site de l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Saint Etienne (ENISE)

L’édifice a pour destination l’accueil de bureaux, de locaux d’enseignement, de réception…, une partie « observatoire-signal » pouvant s’y rajouter.

Les étudiants avaient à composer avec plusieurs paramètres majeurs dans les projets qu’ils devaient soumettre :
• l’intégration du bois en structure comme en revêtement intérieur et de façade,
• l’intégration dans le site et le contexte du bâti,
• l’approche performance énergétique et technique,

et cela sans négliger l’aspect esthétique. L’aspect technique devait obligatoirement faire l’objet de l’association et de l’implication de l’ingénieur aux cotés de l’architecte : singularités structurales et processus de mise en œuvre propres aux constructions bois devaient être sensibles dans les projets remis. La faisabilité devait être apparente.

L’essentiel des contraintes d’aménagement de ce site devait servir de support à la conception des projets sans pour autant être un frein à l’imagination et à la création.


■ Les projets et les équipes primés

Un jury composé de professionnels et de personnes qualifiées, sous la présidence d'Aline DUVERGER, architecte, a décerné 6 prix :

1er prix ex-aequo
Clémentine Simon, François Grimal, Mathilde BARGUIL  - Ecole d’architecture de Grenoble
Charlotte Wuyam - ENTPE de Lyon 

 

 

Le projet fait écho au domaine universitaire en offrant une extension de l’ENISE. Un ensemble d’éléments servent au bon fonctionnement de l’extension du pôle universitaire : une pépinière d’entreprises vient asseoir l’importance de ce nouveau pôle d’excellence et mettre en lien la filière universitaire avec le monde professionnel de l’entreprise ; un espace d’exposition permet l’accueil du public pour la diffusion du travail et la promotion de la filière bois ; un espace commun d’accueil et de cafétéria occupe le RDC et permet à tous les acteurs de se retrouver dans un espace convivial.

La tour vient s’implanter au bout de l’allée du site de l’ENISE, au sommet de la colline créée par le dénivelé du terrain naturel. Visible depuis l’entrée du site, elle prend alors un rôle de signal. La longue allée menant à la tour théâtralise l’accès. L’articulation avec le terrain se fait par la mise en place d’un socle semi-enterré qui accueille l’auditorium. Le dessus du socle aménagé crée un parvis qui permet une articulation entre la route et le bâtiment. Cette implantation permettrait de développer facilement des liaisons avec les bâtiments existant, tels que des passages couverts. La tour et son positionnement sur la parcelle sont aussi envisagés comme une première étape pour un développement futur du site.
Le volume qui compose la tour est creusé sur sa partie nord. Il s’ouvre sur le paysage et met en valeur les potentialités du site. Le sommet est travaillé pour offrir des vues depuis l’observatoire vers les plaines de l’Est. La faille créée met en place un vide structurant. 
 

L'avis du jury

Le projet est généreux, assez simple à réaliser. Les bases techniques sont bonnes, le jeu de façade est intéressant. L’implantation permet une vue à 360° et prend bien le soleil. Il est compact, ce qui permet une gestion aisée des questions liées à la thermique. Il présente une belle approche de l’aménagement intérieur, notamment de l’atrium.
Le travail conjoint des architectes avec les ingénieurs et le designer sont palpables.
Même si les planchers peuvent apporter quelques réponses, la stabilité reste à travailler : les portiques proposés ne peuvent y répondre en l’état et la dimension des poteaux n’est pas suffisante pour reprendre les charges. La stabilité au feu, notamment dans l’atrium reste à travailler, de même que l’acoustique.
Hormis ces questions de dimensionnement et de stabilité, le projet présente un travail cohérent et homogène.


Télécharger les panneaux du projet                                           Télécharger le cahier de détails



1er prix ex-aequo
Gilda Blettery, Boris Ndengba Hagbe - Ecole d’architecture de Saint-Etienne
Clarisse Cuisnier, Emilie Désigaud - ENISE






Le projet a pour objectif de valoriser les qualités techniques du bois, de respecter l’environnement, tout en étant un lieu plein de vie tant pour les étudiants que pour le personnel de l’école.

La tour s’élève sur douze niveaux, pour une hauteur totale de 54 m. Visible dès l’arrivée sur le site de l’ENISE depuis le parking étudiant, elle s’élance en flèche vers le ciel et fait immédiatement appel aux visiteurs. Un hall d’accueil généreux mène alors directement au salon étudiant, composé d’un espace snack et d’un Learning Center en triple hauteur, entièrement ouverts sur le parc en contrebas. Cet espace deviendra le nouveau lieu de la vie étudiante, où il fera bon étudier, se rassembler et se détendre. Le hall permet également d’accéder facilement aux différentes circulations verticales, escaliers et ascenseurs, qui desservent six étages pédagogiques, trois étages administratifs et un étage d’exposition.

Cette tour aura également une résonance culturelle à l’échelle de la ville et de la région. En effet le dernier étage, qui se distingue du reste de l’édifice par ses dimensions plus petites et le large panorama qu’il propose, est ouvert à des évènements culturels. Il peut accueillir ainsi des expositions temporaires ou conférences pour les moments importants de la vie stéphanoise, telles que les portes ouvertes de l’école ou la Biennale du Design.


L'avis du jury

Le projet est une exaltation de la verticalité. Il est bien orienté. L’approche bioclimatique est intéressante. Le choix de la dissymétrie des façades lui confère une bonne visibilité. Les façades sud et ouest forment une double peau qui favorise la ventilation et la protection solaire.
On peut regretter que le rendu ne le valorise pas suffisamment. Le béton aurait pu être valorisé à son état brut ce qui aurait atténué la trop forte présence du bois dans l’aspect global.

Le grand volume creux à la base au niveau de l’amphithéâtre posera cependant des difficultés pour stabiliser le bâtiment. Il sera difficile de ramener tous les efforts sur les parois.
Malgré la difficulté de repérage sur les plans, la forme en triangle relève d’une belle ambition : c’est une démarche assez habile et ambitieuse.

Télécharger les panneaux du projet                                          Télécharger le cahier de détails



3ème prix
Stéphanie Matilde - Ecole d’architecture de Saint-Etienne
Anaïs Clénet, Clément Peltier, Julien Gérard - ENISE




Le projet s'articule autour de trois thématiques principales : l'utilisation raisonnée du bois, la performance thermique et l'éco-conception.
L’emprise au sol de la tour est une double ellipse, tronquée de part en part. De cette manière les grandes façades sont orientées à l’Est et à l’Ouest, et les façades tronquées au Nord et au Sud. Le projet profite ainsi de la lumière du matin et de l'après midi sur ces grandes façades, garantissant une bonne luminosité tout au long de la journée. La façade nord est plus petite que la façade Sud, pour réduire les déperditions thermiques et augmenter les surfaces d'apport solaire.
Les panneaux solaires en toiture sont eux orienté plein Sud pour atteindre un rendement maximum. La maîtrise des apports solaires selon les saisons est obtenue grâce à la résille en bois qui habille la tour ; elle filtre les rayons du soleil d'été, tout en laissant passer les rayons du soleil d'hiver, ce qui permet de ne pas avoir de hausse de température trop gênante en saison estivale (bien que le bâtiment ne soit pas destiné à être utilisé durant les mois de Juillet et d’Août).
Les terrasses situées au sommet de la tour offrent un panorama complet sur la ville de Saint Étienne, la vallée du Giers et les monts du Pilat.


L'avis du jury

Une homogénéité générale proposée par la fausse peau et la forme oblongue donnent au projet un intérêt particulier. Cette forme rassure. Le choix de l’implantation de l’amphithéâtre à l’extérieur du bâtiment est intéressant. La résille périphérique est originale mais sans rapport privilégié avec le bâtiment. L’utilisation à minima du béton permet de régler les problèmes de compatibilité entre les matériaux et participe à résoudre partiellement les problèmes de chantier.

Les vues depuis l’intérieur sont malheureusement obturées par la multitude des contreventements et par l’implantation des sanitaires en périphérie. La disposition des solives est assez compliquée. Même si elle est originale et intéressante, il est difficile de comprendre le fonctionnement de la résille.
Par son implantation, la connexion avec l’existant reste aisée.

Télécharger les panneaux du projet                                          Télécharger le cahier de détails



4ème prix
Margot Lefebre-Buillet, Flavien Faussurier  - Ecole d’architecture de Grenoble
Tristan Signarbieux - ENISE



Le projet s’implante sur la partie Nord Ouest du site, s’intercalant entre les bâtiments actuels de l’ENISE et la ville. Il vient s’insérer de manière à créer une nouvelle distribution des espaces au sein de l’école, ouverte sur le monde contrairement à sa mono-orientation actuelle, centrée sur son accueil.
Le bâtiment en lui même suit les points cardinaux, permettant une meilleure différenciation des façades, afin de maximiser l’impact thermique de chacune. En effet, la façade Sud est en dents de scie, donc fortement ombrée afin de minimiser l’effet du soleil en été. La façade Nord quant à elle est beaucoup plus lisse, et largement ouverte, profitant ainsi d’une lumière douce et abondante et d’une vue panoramique sur toute la ville de Saint-Etienne.

La tour est régie par un concept très simple: un module unique et orienté (5X3X20) reproduit et empilé. Cette idée s’inspire du jeu connu de Kapla. C’est l’idée même que l’on se fait de la tour en bois. A la manière de ce jeu les modules s’empilent alternativement dans un sens ou dans l’autre. Certains emplacements sont laissés libre afin d’adapter chacune des façades à son orientation : qualité d’espace, qualité écologique et de vue.


L'avis du jury

Le concept du projet est simple et rattaché à la notion de jeu. La répétitivité en fait un objet facile à fabriquer par le charpentier et, on peut l’espérer, un coût allégé. Le rendu est agréable. La disposition des boîtes en porte-à-faux influe négativement sur la luminosité intérieure. C’est aussi le contraire de la compacité, d’où la difficulté de gérer l’aspect thermique. Les surfaces déperditives sont importantes. Chaque boite étant déformable, la stabilité s’en trouve réduite. La structure est identique du haut vers le bas alors que les efforts vont croissant. La stabilité de la base reste faible.

Télécharger les panneaux du projet                                                              Télécharger le cahier de détails



5ème prix ex-aequo
Nicolas Emmanuelli, Jean-Baptiste Dansette  - Ecole d’architecture de Lyon
Sylvain Logeay, Bastien Chouville - INSA Lyon


Le projet se développe à partir d’un socle solide abritant locaux étudiants, amphithéâtre et salle de réception, à partir duquel se développe la circulation verticale rigide et fonctionnelle. Cette gaine de services permet d’accéder à chaque étage à des modules légers simplement posés sur la structure comme des feuilles sur un arbre.

Les éléments structurels sont laissés visibles dans tout le bâtiment. Pour une école d'ingénieur, il est pertinent que la structure soit visible. Ainsi les éléments structurels sont mis en valeur :

- les nervures bois des planchers des salles de classes sont placées dans l'axe des canons de lumière
- le socle est défini à partir des emplacements pris par la structure béton afin que le parcours du visiteur dans le socle ne soit pas gêné mais simplement guidé/orienté par la structure (la gaine sépare les flux entrant, un poteau est le support de l’escalier d’accès à la salle de réception, un autre marque l’entrée au BDE…)

La modélisation réalisée confirme le caractère modulable des « feuilles » : salle de classe, bureaux, salle de conférence, salle d’attente ou encore salle de repos avec jardin ouvert ou non sur l’extérieur… L’ENISE pourra alors choisir l’organisation qui lui conviendra.


L'avis du jury

Le projet présente une bonne adaptation à la pente. L’approche initiale générale est plutôt bonne, mais il s’enferme assez vite dans la symbolique de l’arbre : il devrait donc, comme celui-ci, être large à la base et étroit vers le haut. Les surfaces en porte-à-faux sont énormes et supposeraient que les étages soient indépendants les uns des autres. La prise en compte de la lumière est intéressante : les vues ne sont pas obturées.
La complexité du projet en fait un objet irréalisable.

Télécharger les panneaux du projet                                                                  Télécharger le cahier de détails



5ème prix ex-aequo
Kevin Bénichou, Arslan Bensaim  - Ecole d’architecture de Grenoble
Claire Di Ségni, Eloi Durand - INSA de Lyon

La tour est composée de deux blocs : un bloc « bâti », fermé et allant jusqu’à R+10 fabriqué en panneaux de bois laminé croisé (CLT), et un bloc « observatoire » formé par l’ensemble des coursives circulaires et de leur structure, allant jusqu’à R+12.
Le but de l’ouvrage est de démontrer les capacités exceptionnelles offertes par le bois en terme de structure, tant pour sa légèreté que pour sa résistance. L’ensemble des coursives et de leur structure porteuse est un bloc indépendant souple qui est fixé au bloc rigide formé par le bâti. Il s’agit d’une structure du type poteau-poutre de forme circulaire tronquée.
La résille en bois, qui enveloppe la structure, joue un faible rôle structurel, qui n’est nécessaire qu’au niveau des étages supérieurs à R+10 puisqu’elle transmet sa propre prise au vent au bâti. 


L'avis du jury

Un projet qui peut faire rêver.
La référence à la pagode est à priori intéressante mais le projet est inversé par rapport à cette technique constructive basée sur les efforts ramenés sur la partie centrale alors qu’ici, c’est une tour creuse qui est proposée. Cette partie intérieure creuse favorise par ailleurs l’effet « cheminée » en cas d’incendie, de ce fait lieu inaccessible par les secours. Les pieds de poteaux sont largement sou-dimensionnés et les efforts aux vents sont inversés.

Télécharger les panneaux du projet                                                            Télécharger le cahier de détails







 

 

Haut de page

Réalisation site internet saint-Etienne: Les imageurs